Serge Lutens La Couche du Diable Eau de Parfum

« Mettre en demeure le diable ne suppose plus l’enfer. La Terre déjà y pourvoie ! ‘ A grand feu’ n’est plus de mon goût ce jour. Préférant aux flammes la braise, mon remords regagne la nuit. »

Read more
77.50
Loyalty : Through the purchase of this product, 3,88 on your loyalty account Add to Wish List

Complementary products
La Couche du Diable Eau de Parfum

Description

« Mettre en demeure le diable ne suppose plus l’enfer. La Terre déjà y pourvoie ! ‘ A grand feu’ n’est plus de mon goût ce jour. Préférant aux flammes la braise, mon remords regagne la nuit. »

History

La Couche du Diable, nouveau brasier olfactif de Serge Lutens

Qui d'autre que Serge Lutens pour évoquer l'ange des abîmes, le mal absolu : le diable ? Ce créateur atypique aime surprendre et nous laisse très souvent entrevoir son esprit torturé dans ses créations. Ainsi, le nom de ce nouveau parfum a de quoi en étonner plus d'un. La Couche du Diable est à la fois intrigant et captivant, tout en allant presque jusqu'à nous faire peur. Alors, qu'en est-il de ce nouveau jus qui semble brûler d'un feu intérieur ?

Pourquoi une telle noirceur dans l'esprit de Serge Lutens ?

Alors que la plupart des parfumeurs tachent d'évoquer le beau et la poésie dans leur création, Serge Lutens va totalement à contre-courant de cette tendance, en explorant des territoires parfois très sombres. Baptême du Feu, Cannibale, Cracheuse de Flammes ou encore L’incendiaire son nom de certains de ses parfums. En réalité, c'est tout simplement que Serge Lutens ne veut pas mettre de limites à sa créativité. Pour lui, « Choisir un parfum c'est oser être soi-même. Le choix vous appartient ! ». Ainsi, il nous a habitué à une parfumerie non conventionnelle, réservée aux initiés et aux fins connaisseurs de parfums. La Couche du Diable est une nouvelle démonstration de son esprit d'avant-garde, de sa vision espiègle et provocatrice de la parfumerie.

La présentation énigmatique de La Couche du Diable

Comme toujours, Serge Lutens accompagne le nouveau parfum La Couche du Diable d'une situation bien énigmatique en guise de description : « Mettre en demeure le diable ne suppose plus l'enfer. La Terre déjà y pourvoie. 'A grand feu' n'est plus de mon goût ce jour. Préférant aux flammes la braise, mon remords regagne la nuit. », ce à quoi il ajoute une interrogation : « Comment s'inviter au couronnement de Satan quand celui qu'il convie n'a pas encore goûté au péché ? Oud et ciste compose ici la couche d'un premier remords aussi démoniaque que somptueux ». Il s'agit là des seuls éléments communiqués par le créateur pour essayer de nous faire comprendre l'univers de ce nouveau jus. Il faudra donc vous en contenter !

Le bois de oud et le labdanum comme éléments centraux

Si Serge Lutens est un parfumeur assez déroutant, il n'en est pas moins très exigeant et talentueux. Pour lui, être parfumeurs n'est pas un métier mais un art. Il n'hésite donc pas à employer les matières précieuses les plus prestigieuses dans sa création. La Couche du Diable en est un parfait témoignage. Il intègre du bois de oud, l'une des odeurs les plus fascinantes qui soit. Ce bois précieux n'a pas son pareil pour faire planer le mystère dans les parfums qui en contiennent, tout en y déposant une saveur riche, masculine et complexe. Ici, il améliore considérablement la ténacité de ses parfums. Il s'accompagne également de ciste labdanum, une résine André et animale, emblématique des parfums orientaux et chyprés.

Ingredients

ALCOHOL, DIPROPYLENE GLYCOL, AQUA (WATER), PARFUM (FRAGRANCE), BUTYL METHOXYDIBENZOYLMETHANE, ETHYLHEXYL METHOXYCINNAMATE, LIMONENE, EUGENOL, CITRONELLOL, GERANIOL, CI 19140 (YELLOW 5), LINALOOL, CITRAL, CI 17200 (RED 33), CI 42090 (BLUE 1), BHT