Video Coco Mademoiselle Eau de Parfum Vaporisateur CHANEL

Coco Mademoiselle, l'oiseau fugueur de Chanel

Gabrielle Chanel, également surnommée Coco, était une femme indomptable qui peut se vanter d'avoir marqué son époque et métamorphosé la vision de la femme. Pour lui rendre hommage, l'enseigne portant son nom a décidé de lui dédier un parfum, destiné à toutes les femmes désinvoltes, libres et frondeuses. C'est ainsi qu'est né le parfum Coco Mademoiselle, en 2001, devenant au passage l'un des jus les plus célèbres de la parfumerie féminine. Ce parfum chypré et fruité affiche de nombreux reliefs, et semble posséder en lui toutes les contradictions du caractère de Gabrielle Chanel. Il est pensé à l'image d'une femme audacieuse, à l'enthousiasme communicatif, et n'hésitant pas à mener la danse. Voyons donc comment la maison Chanel a choisi de le mettre en image…

Keira Knightley, comme la résurrection de Gabrielle Chanel

Cette publicité pour Coco Mademoiselle est sortie sur les écrans en 2011. Or, elle est la deuxième campagne télévisuelle pour cette ligne de parfums à mettre en avant la séduisante Keira Knightley. Depuis sa sortie, d’ailleurs, la comédienne est devenue une figure indissociable de cette fragrance. Née en 1985 en Angleterre, Keira Knightley a commencé sa carrière très jeune et est devenue mondialement célèbre en 2003, grâce à deux rôles majeurs dans les films « Joue-la comme Beckham » puis « Pirates des Caraïbes ». Forte de sa notoriété, Keira Knightley a alors pu collaborer avec de nombreuses marques de luxe, dont sa première apparition pour Chanel datant de 2017. Il faut dire que le choix de cette actrice n'a rien d'un hasard… La ressemblance entre Keira Knightley et Gabrielle Chanel est frappante !

Les autres protagonistes de la publicité de Chanel

Dans la publicité pour Coco Mademoiselle, Keira Knightley croise tour à tour plusieurs personnages différents. Outre les trois motards du départ qui la laissent totalement de marbre, Keira Knightley est également entourée d'une large équipe qui s'active pour elle dans un studio de photographes. Notons d'ailleurs que toutes les femmes présentes ont une coupe de cheveux courte, au carré. Le détail vous semble peut-être anodin mais il s'agit en réalité d'un clin d'œil à Gabrielle Chanel qui avait révolutionné en son temps la coupe de cheveux féminine, osant un côté beaucoup plus « garçonne ».
L'autre star de la campagne publicitaire pour Coco Mademoiselle est un acteur argentin du nom de Alberto Ammann, qui ne peut ici s'empêcher de répondre aux jeux de séduction de Keira Knightley. Célèbre dans son pays pour divers rôles dans des films ainsi qu'au théâtre, il a gagné en notoriété lorsqu'il remporta un Goya Award pour la catégorie du meilleur nouvel acteur, pour le film espagnol Cell 211.

Chanel opte pour une publicité à gros moyens

Si la publicité pour Coco Mademoiselle fait encore parler d'elle presque 10 ans après sa sortie, c'est tout simplement parce qu'il s'agit d'une campagne télévisuelle hors norme. Tout d'abord, soulignons la durée de cette publicité qui dépasse les trois minutes… Une prouesse en matière de marketing ! Pour mettre en avant sa fragrance culte, la maison Chanel n'a lésiné sur aucun détail et les moyens employés ont tout simplement été colossaux ! Tout d'abord, Keira Knightley portait fièrement une combinaison créée sur mesure par le talentueux Karl Lagarfeld. Ensuite, n'avez-vous pas remarqué à quel point Paris semble désert ? Pour réaliser cette publicité, la maison Chanel a dû bloquer la circulation parisienne sur des axes très fréquentés pendant plusieurs heures, notamment au niveau du pont qui relie la Concorde à l'Assemblée Nationale. Le défi était de taille mais rien ne semble trop beau pour rendre hommage à Gabrielle Chanel…

La romance de Coco Mademoiselle

La publicité Coco Mademoiselle se joue sur le titre “It’s a man’s man’s man’s world” de James Brown et Betty Jean Newsome, de 1966, revisité ici en “It’s a man’s man’s world” par l’actrice et interprète anglaise Joss Stone.
La scène débute sur la vision de Keira Knightley, encore étendu dans son lit, les cheveux ébouriffés. Aussitôt, la jolie brune se lève et se parfume de quelques gouttes de parfums. La voilà fin prête à arpenter les rues de Paris sur son bolide : une Ducati crème qui lui permet de rouler à vive allure. Après avoir croisé la route de trois beaux motards, qu'elle n'a aucun mal à semer, Keira Knightley se rend au 31 rue Cambon, adresse mythique de Gabrielle Chanel : là, un homme l’attend. Il avertit alors toute son équipe de l'arrivée de Coco Mademoiselle. Elle est mannequin. Il est photographe. Sous ses directives, tout le monde s'active pour mettre en valeur la jolie brune. Le shooting peut démarrer… Peu à peu, la température monte d'un cran, Keira Knightley joue clairement dans le registre de la séduction. Si le photographe résiste d'abord, il succombe finalement à son charme. Tandis qu'il se presse vers la porte pour s'enfermer dans le studio avec l'égérie de Chanel, cette dernière en profite pour s'échapper par la fenêtre. En un claquement de secondes, Keira Knightley redevient une femme insaisissable qui ne tarde pas à quitter les lieux furtivement sur sa moto.

L'esthétique très recherchée de la publicité de Chanel

Dans cette publicité, aucun détail n'a été laissé au hasard. Ainsi, l'esthétique qui s'en dégage est à la fois mystérieuse et apaisante, mais toujours parfaitement harmonieuse. D'un côté, la couleur beige domine. Présente sur la moto de Coco Mademoiselle et sur sa combinaison, elle est en parfait accord avec les bâtiments parisiens. Tout forme alors un ensemble très agréable à l’œil. Pourtant, comme pour faire face à cette clarté apparente, le studio de photographie et les vêtements du photographe sont beaucoup plus sombres. Il y a ici un jeu d'opposition entre la tendresse et la puissance, la lumière et l'obscurité. Le tout est lié par quelques touches dorées, comme pour rappeler l'univers du luxe de la maison Chanel. De manière générale, il s'agit là d'une publicité parfaitement orchestrée, présentée comme une « chevauchée fantastique dans Paris, aussi impertinente qu’audacieuse ».